Histoire

La légende de Mont-Charles

En terre Brabançonne vers l’an 1519-1520 Charles de Habsbourg plus connu sous le nom de Charles Quint entreprit un long voyage à travers ses terres pour rejoindre Aix-la-Chapelle (pour sa consécration le 23 octobre 1520). Ce long périple l’emmena vers nos contrées en parcourant l’Autriche et les Pays-Bas. En passant par le pays de Villers Charles Quint et ses compagnons de route firent une halte à l’abbaye de Villers-la-Ville pour se reposer, se soigner et revigorer ses troupes avant de reprendre son chemin. L’abbé et les quelques moines qui étaient restés après l’exode avaient depuis longtemps concoctés des potions élaborées à partir de plantes et de fruits cultivés dans leurs jardins. Mis à part la culture de vignes et de houblon leurs jardins regorgeaient d’une multitude de plantes aux vertus médicinales tel que la Mélisse, la Coriandre, l’Aneth, le Thym, la Sauge, le Romarin, la Marjolaine et l’Angélique ainsi que quelques variétés de roses et autres plantes aromatiques et médicinales pour la fabrication de leurs sirops, potions et liqueurs. Leurs formules  étaient secrètes et bien gardées dans un grimoire que seul l’abbé et son scribe attitré avaient le droit de consulter, mais la renommée de leurs potions s’étendait dans tout le pays de Villers ainsi que dans les provinces environnantes. Ils avaient des recettes qui faisaient concurrence aux sœurs Carmélites, qui elles, avaient mis au point leur célèbre ‘Eau de Mélisse ‘. Ils produisaient aussi des breuvages liquoreux  avec des fruits et des plantes. C’est une de leur liqueur qu’ils proposèrent à Charles Quint comme revitalisant (un savant mélange de plantes et de racines). Celui-ci fut conquis par la délicatesse et les propriétés médicinales de leurs breuvages et en parla en termes élogieux tout au long de son voyage. Les liqueurs et la renommée des moines étaient nées !

Après s’être reposé et repris des forces il reprit la route de son long périple à travers tout le pays en passant par les villages de Saint Gery et de Gentinnes où les villageois et les notables lui firent un accueil triomphal et pour lui rendre hommage donnèrent le nom de Charlemont à la chaussée romaine qu’emprunta Charles Quint pour se rendre au château de Gentinnes (lieu dit « Mémorial Kongolo » actuellement).

Aujourd’hui à l’abbaye de Villers-la-Ville il n’y a plus de moines ni d’abbés ni de convers et elle vit de ses ruines, de son vignoble, de bières brassées dans son enceinte, et de quelques produits locaux vendus dans leur boutique. Malgré la disparition des moines l’histoire des liqueurs de fruits et de plantes revit car il paraîtrait qu’un jour on retrouva un grimoire dans lequel les compositions et les formules de ces breuvages étaient transcrites! C’est ainsi que naquit la légende de Mont-Charles (contrepet de Charlemont).

Après quelques 5 siècles d'histoire l’envie de faire renaître les traditions des moines de Clairvaux est devenu pour moi une passion. Aujourd'hui j’essaie de reproduire avec authenticité ces liqueurs d'autrefois avec parfois leurs imperfections mais tellement vraies et naturellement bonnes!.